3 problèmes fréquents dans les exploitations minières

    Bien que cette industrie soit dotée d’un énorme potentiel, elle fait face à de nombreux défis autant en ce qui concerne les besoins en main-d’œuvre que pour l’entretien des infrastructures et des équipements de production. L’industrie minière nécessite des matériaux adaptés aux environnements extrêmes pouvant améliorer la durée de vie des équipements et la productivité générale.

    1. La corrosion :

    waste-water-pngLes mines sont des environnements particulièrement exigeants ; charges élevées, impacts fréquents, présence de produits chimiques hautement corrosifs, de poussière, de saletés et d’humidité. Les structures et plateformes métalliques sont donc assujetties à plusieurs contraintes qui peuvent entre autres réduire leur durée de vie. Des conditions telles un très haut niveau d’humidité et des températures élevées sont des facteurs qui favorisent l’apparition de rouille et qui accentuent la dégradation des structures de métal. De plus, la corrosion affecte les propriétés mécaniques des structures, des passerelles et des échelles de métal, réduisant ainsi leur solidité tout en augmentant les risques d’accidents de travail. Cette réaction chimique accélère aussi l’usure et multiplie les besoins en maintenance.

    La solution :

    Opter pour une structure conçue d’un matériau qui ne sera tout simplement pas affecté par la corrosion et qui ne va donc jamais rouiller. Les caillebotis faits de plastique renforcé de fibres (PRF), matériau composite mieux connu sous le nom de FRP (fibreglass reinforced plastic) et reconnu pour son impressionnante capacité d’adaptation. Le FRP est aussi doté d'une grande versatilité, nécessite très peu de maintenance, n’a jamais besoin d’être peint et possède une excellente résistance chimique.

    FRP-Catalogue-Banner-FR-80

    Pour en apprendre plus sur le FRP :

    4 questions à se poser pour choisir le bon matériau pour ses structures

    Des structures durables et antidérapantes pour le secteur alimentaire
    Le FRP pour une usine de traitement des eaux usées

    2. Le colmatage des systèmes :

    Prenons par exemple une chute conçue en acier inoxydable se déversant sur un convoyeur dans lequel circulent des matières en vrac. Des problèmes d’écoulement de matières peuvent survenir et nuire à la productivité globale du système. Les matières en vrac peuvent adhérer aux parois métalliques et rester collées sur ces dernières, diminuant ainsi la vitesse à laquelle elles s’écoulent et entraînant des blocages lors d’accumulations importantes. Ce type de blocages exige souvent un arrêt de production pour cause de maintenance, ce qui a un effet direct sur les coûts d’exploitation.
    La solution :

    Un recouvrement en UHMW fixé directement sur les parois métalliques de la chute est une solution à la fois simple et efficace pour éviter d’avoir à remplacer les infrastructures et les équipements déjà présents. Pour les matières en vrac, on peut penser au TIVAR 88-2, un plastique très résistant à l’usure et doté d’un très faible coefficient de friction, ce qui favorise le glissement. Il aura aussi comme avantage de prévenir l’accumulation de matières puisque ces dernières n’adhéreront pas à sa surface.

    Bannière---téléchargement-catalogue

    3. Le bruit :

    noise (1)Dans une exploitation minière, le niveau de bruit peut atteindre des seuils très élevés et avoir des conséquences importantes sur la sécurité du personnel. Par exemple, le transport de matières sur des convoyeurs, les impacts de matériaux en vrac sur des surfaces métalliques ainsi que les frottements du métal contre le métal peuvent parfois être extrêmement bruyants. Bien que le personnel soit équipé de bouchons ou de coquilles protectrices, les conséquences du bruit se font ressentir. Le bruit en milieu de travail est une réelle problématique.

    La solution :

    Bien que les protections auditives comme les coquilles de suppression sonore et les bouchons soient des outils très efficaces pour prévenir les dommages auditifs, il sera toujours plus efficace de réduire le bruit directement à la source. Dans le cas d’un convoyeur de métal, une façon simple de réduire le bruit est d’installer un recouvrement de plastique. Installer un "liner" de TIVAR 88-2 permet d’absorber les chocs et les impacts tout en diminuant le bruit généré par le contact avec la surface du convoyeur. En plus de protéger la surface du convoyeur, les revêtements en plastique de performance permettent une réduction de bruit de 20 dB. Pour en apprendre davantage sur la réduction du bruit, cliquez ici

    -
    📩 Vous avez des questions ou vous avez besoin d'aide pour cibler le bon plastique en fonction de votre besoin?
    Contactez un de nos spécialistes en cliquant ici
    📞 (418) 847-8311

    Articles recommandés

    Plastiques de performance En vedette Sécurité UHMW

    5 avantages du TIVAR® 88, un UHMW de haute performance

    Le TIVAR® 88 est un plastique prisé par de nombreuses industries pour ses excellentes propriétés mécaniques ainsi que po...

    Plastiques de performance En vedette Sécurité Plastiques alimentaires Industrie alimentaire UHMW

    5 plastiques pour réduire la friction

    Qu’est-ce que le coefficient de friction ? Dans cet article, nous traiterons des plastiques qui ont de très bas coeffici...

    En vedette Services Sécurité Industrie alimentaire Tranformation alimentaire

    Pourquoi opter pour des pièces mécaniques en nylon

    Les nylons sont une famille de polymères de grade industriel appartenant aux polyamides. Principalement offerts en feuil...

    E-book : Les plastiques de performance pour l'industrie alimentaire.

    Quel est le plastique qui répond à mon besoin?

    Vous aimeriez recevoir les nouveaux articles publiés?

    Inscrivez votre adresse courriel et recevez automatiquement les articles qui se publient.